Même si les sujets abordés ci-dessous sont souvent du ressort d’autres niveaux de pouvoir que le pouvoir régional, ils sont transversaux et me tiennent à cœur.

En matière de libertés, il me parait essentiel de garantir à chacun de vivre selon ses convictions pour peu que l’exercice de ces dernières n’entrave pas celles des autres.

Le combat de certains hommes et femmes fait de notre pays un modèle de ce point de vue :

  • 1972 – Dépénalisation de l’homosexualité
  • 1987 – Dépénalisation de l’adultère, traitement égalitaire de la filiation hors mariage
  • 1990 – Dépénalisation, sous conditions, de l’avortement
  • 1998 – Instauration du contrat de cohabitation légale
  • 2002 – Dépénalisation, sous conditions, de l’euthanasie
  • 2003 – Ouverture du mariage à deux personnes de même sexe.
  • 2006 – Ouverture de l’adoption aux couples de même sexe.
  • 2007 – Égalité de traitement entre cohabitants légaux et couple mariés au niveau des droits de succession.

     

Néanmoins, alors que chacun de nous est libre de faire ou ne pas faire usage de ces droits, certains groupes de pression tentent toujours de les remettre en cause ou d’entraver leur mise en œuvre.

Si, un jour, vous me confiez un mandat politique, je continuerai à veiller à ce que ces droits ne soient, non seulement, pas remis en question, mais aussi appliqués dans les faits.

Depuis 1998, une loi sur la protection de la vie privée encadre strictement l’enregistrement de données à caractère personnel. Si l’informatique nous rend, sans conteste, de nombreux services, notre vie privée est par contre de plus en plus souvent menacée. Dans la foulée des évènements du 11 septembre 2001 une série de mesures menaçant notre vie privée ont été prises :

  • Mise en place d’un passeport biométrique avec puce RFID
  • Communication unilatérale de données personnelles aux autorités américaines lors d’un vol transatlantique
  • Loi sur les techniques spéciales d’investigation
  • Loi dite « anti-terroriste »

     

Je réfute fermement l’affirmation selon laquelle les personnes qui n’ont rien à se reprocher n’ont rien à craindre de ces lois liberticides. Si ces mesures se sont avérées totalement inefficaces contre le terrorisme, elles ont, par contre, déjà révélé toute leur perversité : atteintes multiples à la protection de notre vie privée, a notre liberté d’association et d’expression.

D’autre part, sous le couvert d’une course à l’efficacité, on met en danger notre vie privée ou l’exercice de droits fondamentaux :

  • la carte Mobib : les nouveaux abonnements et futurs tickets de la STIB contiennent des données personnelles non protégées et de surcroit accessibles sans contact physique (technologie RFID).
  • le vote électronique : on a mis sur pied un système de vote complètement opaque pour le citoyen. Il est rigoureusement impossible de vérifier si le vote comptabilisé est bien le vote émis.

     

C’est donc, en totale cohérence avec le programme d’Ecolo par ailleurs, que je milite et continuerai à militer pour :

  • une réforme de la loi dite « anti-terroriste » et des dispositions liberticides prises dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001.
  • le retour au vote « papier » et au dépouillement manuel par les citoyens.
  • la suppression des données personnelles sur la carte Mobib.

 

Salutations et à bientôt pour un troisième billet !

Laurent Pirotte, candidat Ecolo, mais aussi membre de la LdH.

 


Sources, liens utiles :

  • Vote électronique : Pour Eva
  • Loi anti-terroriste : Clea
  • Carte MoBIB : GSI
  • Passeport électronique : GSI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>